Polars : le Making-of…

Ecrire un polar : Pourquoi?

      Le projet présenté ici, a été formulé initialement dans ces termes : Ecrire un roman policier qui sera publié sur papier et sur le web, en collaboration avec une autre classe. L’aboutissement de celui-ci est donc le fruit du travail de deux classes : celle des élèves de CM1 de l’école Ste Famille de Beautour, Vertou et celle d’une autre classe située dans une autre école.

    Le tout premier roman s’est fait en collaboration avec la classe de CM2 de l’école Aragon de la commune de Le Houlme (76), durant l’année scolaire  1999-2000.  Par la suite, le projet a été reconduit avec d’autres classes. Les CM1 de Vertou ont travaillé, selon les années, avec des correspondants de l’école St Martin de St Mars du désert (44) , de l’école St Etienne de Sucé sur Erdre (44) et avec la classe de CM2  de l’école Sainte Famille depuis l’année 2012 -2013.

     L’année scolaire  2014-215  fait figure d’exception puisque le projet  a été mené, cette année-là avec la seule classe de CM1 de l’école Ste Famille.


Donner du sens aux apprentissages

On constate que lorsque les élèves travaillent avec un but précis, palpable, les apprentissages prennent tout leur sens. Confrontés à des difficultés réelles qu’il est impératif de surmonter pour mener à bien le projet, l’étude des notions correspondant à ces difficultés prend du sens et les élèves en comprennent mieux la nécessité. La motivation est donc plus grande.

A travers l’écriture d’un roman policier, les enseignants des deux classes concernées ont voulu mettre leurs élèves dans des situations où le travail est finalisé. Le roman policier étant destiné à être lu, la motivation des enfants pour écrire un texte intéressant et compréhensible doit s’en trouver grandie.

Outres le travail d’expression écrite nécessaire à sa réalisation, ils ont donc tenu à rattacher aussi au projet des notions appartenant aux autres champs disciplinaires du Français (Vocabulaire, Grammaire, Conjugaison, Orthographe). Ils espèrent ainsi donner du sens aux travaux des enfants en faisant correspondre les apprentissages aux difficultés rencontrées lors de l’écriture du roman.


Travailler avec une autre classe…

La réalisation d’un projet de telle envergure suppose la mobilisation des enfants pendant une longue période. Il est naturel que, sur une aussi longue durée, la motivation baisse. Aussi est-il nécessaire de prévoir plusieurs étapes à la fin desquelles les enfants peuvent constater l’avancée de leur travail et présenter leurs écrits à des lecteurs. Dans ce but, le roman policier paraît en plusieurs parties à suivre sur le site web de l’école, au fur et à mesure de son écriture.

Le choix de travailler avec une autre classe a aussi été fait dans ce sens. Les chapitres étant rédigés dans l’ordre chronologique de l’histoire, à tour de rôle par l’une ou l’autre des classes, une correspondance active entre les deux écoles est devenue nécessaire. Lorsqu’un chapitre est terminé, il est immédiatement transmis par E-mail à l’autre classe qui le lit, puis, émet ses critiques et ses encouragements.ecrire un mailpolar

Travailler à deux classes permet donc de maintenir la motivation et encourage à se perfectionner car les écrits sont lus et critiqués régulièrement. Cela amène également une richesse aux textes, puisqu’il faut parfois rebondir sur des idées émises par l’autre classe et qu’on n’avait pas envisagées. De plus, cette manière de travailler permet d’aborder d’autres types d’écrits ayant une autre fonction que celle du roman : la lettre, le fax, l’E-mail.


Les étapes du travail…

  • Travaux préliminaires

Avant de se lancer dans l’écriture d’un roman policier, il est nécessaire de bien connaître ce type d’écrit. Plusieurs activités ont permis, selon les années, d’avancer dans ce sens :

            •Analyse d’un film policier

Ce travail permet aux enfants de se familiariser avec le vocabulaire spécifique du polar (suspect, coupable, délit, alibi, mobile, etc…) et de découvrir la manière dont ce type de récit est construit.

  • Enquêtes policières à Nantes, sous la forme d’un jeu de rôle grandeur nature

Grâce à ces journées vécues à Nantes (la première fois, le 16 Mars 1999) et organisées par l’association “Corto Loisirs”, les enfants ont pu se familiariser avec les techniques utilisées par les détectives et la police lors d’enquêtes. Recherche d’indices, filatures, planques et perquisitions furent des mots qui prirent tout leur sens, lors de ces journées, puisque les élèves furent amener à les vivre pour résoudre des affaires toutes aussi étranges qu’inquiétantes.

  • Lecture de polars

La bibliothèque de classe s’est enrichie, au fil des ans, de quelques romans policiers adaptés à l’âge des enfants. Leur lecture a permis de se plonger dans l’ambiance propre au polar.

Il a fallu ensuite définir les personnages de notre histoire ainsi que les liens qui existent entre eux. Ce travail a donné lieu à plusieurs activités :

  •  Ecriture de portraits

desin polar

Chacun des élèves des deux écoles fait un portrait. Il peut s’agir du portrait d’un méchant ou d’un gentil. On choisit ensuite parmi ces portraits, des personnages pouvant incarner les rôles des suspects, des témoins, du coupable et du héros.

  •    Réalisation d’une “carte des relations”

Ce document précise les liens qu’il peut y avoir entre les différents personnages de l’histoire. Elle constituent une trame du récit, précisant les mobiles possibles de chaque suspect, les alibis de chacun, les complicités entre les personnages et leurs habitudes.

  • Etablissement d’un document précisant les faits.

Grâce à ce document la chronologie des faits est établie. On sait ainsi parfaitement comment s’enchainent les faits et gestes du (ou des)coupable(s) et de son (ou ses) complice(s).

  • Ecriture du récit.

Les chapitres du roman sont rédigés à tour de rôle par l’une et l’autre des deux classes.
Les écrits sont communiqués par courriers électroniques. L’issue de l’histoire n’est donc pas connue à l’avance par leurs écrivains. Toutefois, les documents établis auparavant (voir partie précédente) définissent la trame de l’histoire et ses personnages. Des documents complémentaires sont en général réalisés en cours d’écriture, selon les besoins. Il s’agit souvent de plans ou de dessins qui permettent de fixer définitivement les lieux où se déroulent l’histoire.

La rédaction d’un chapitre se décompose en plusieurspolar ecrire séances de travail réparties sur quatre à cinq semaines :

1 : Ecriture collective du plan du chapitre

2 : Les enfants travaillent par groupe de trois. Chaque groupe d’enfants développe une partie du plan précédemment élaboré. L’écriture est personnelle : chaque enfant met dans son texte ses propres idées sans tenir compte de celles de son partenaire. On appelle cet écrit le 1er jet

3 : Confrontation des écrits réalisés précédemment, dans chaque groupe de travail. Pour chaque groupe, réécriture d’un texte prenant en compte les idées des trois enfants. Le but est de produire un texte amélioré qui reprend ce qu’il y a de mieux dans chacun des 3 premiers jets. La confrontation des erreurs et des bonnes idées de chacun doit permettre une amélioration.

4 : Apport théorique fait par le maître en lien avec les difficultés rencontrées./ Réécriture collective dans chaque groupe pour améliorer encore le texte.

5 : Dernière réécriture, individuelle qui permet de corriger l’orthographe et d’améliorer le style de manière plus fine.

6 : Saisie informatique des textes. Raccord des différentes parties. Communication du chapitre ainsi construit aux enfants de l’autre école.